Nos trois églises

Saint Luc
4bis, place Saint Luc
04 78 25 39 01
Sainte Foy
13, place Xavier Ricard
04 78 59 30 71
Sainte Thérèse
105, rue Ct Charcot
04 72 16 05 27
 

« Affaire Preynat » : notre paroisse est depuis 3 ans en première ligne de la souffrance d’Église

Fin 2015, avec les prêtres et l’EAP, nous avons vécu les révélations de l’ampleur des actes de pédophilie et des abus de pouvoir de Bernard Preynat. Nous avons beaucoup partagé et voulu résolument nous faire proches des victimes, au travers des nombreuses familles qui vivent à Ste Foy-lès-Lyon. Nous savions que beaucoup de familles étaient dans l’épreuve de l’interrogation ou de la découverte sidérante que leurs enfants faisaient partie des victimes.

Ainsi depuis 3 ans, notre paroisse est régulièrement secouée et vit dans l’ombre de l’actualité de l’affaire Preynat. La paroisse est en première ligne d’une souffrance indélébile. Il a fallu plus de vingt ans et « La Parole Libérée » pour que l’horrible couvercle de plomb du silence soit soulevé. Il a fallu trop de temps pour que l’Église pense à se tourner vers les victimes et cesse de s’auto-protéger avant tout. Il faudra encore trop de temps pour que l’institution accepte que, de fait, elle a participé à la couverture d’un prédateur qu’elle n’a pas encore vraiment sanctionné.

En Équipe d’Animation Pastorale (EAP), il nous a fallu consacrer beaucoup de temps et d’attention dans cette situation de tension. Nous avons cheminé avec l’éclairage et l’adhésion à la « Parole Libérée », les difficultés de la médiatisation et sans appui particulier du diocèse. Dans la tristesse, nous avons dû, face aux victimes, réaliser que pendant plus de 20 ans l’église St Luc et tous les responsables s’étaient murés dans un silence pesant avec des non-dits, du déni et de la honte.

Toute la paroisse, et bien au-delà, a été marquée particulièrement par la célébration paroissiale de pardon aux victimes le 7 novembre 2016 : « la Vérité vous rendra libre » Jean 8. Effectivement depuis cette date, l’église St Luc et la paroisse peuvent se libérer. Pleinement intégrée à la nouvelle paroisse Sainte Foy-lès-Lyon instituée en 2016, l’église St Luc se tourne vers l’avenir avec des locaux rénovés, accueillants et ouverts sur la place, un nouvel oratoire et le projet d’aménagement des locaux d’hébergement social dans les anciens locaux des scouts.

Mais en côtoyant quelques familles, nous réalisons que l’immense blessure est loin d’être refermée et que le silence n’est pas totalement brisé. Nous pensons aux nombreux paroissiens qui vivent aujourd’hui ce drame dans la solitude, l’incompréhension, les questions, la colère. Nous savons qu’il y a eu de nombreux départs de la paroisse et de l’Église et, qu’aujourd’hui encore, certains fidèles s’interrogent.

En effet Bernard Preynat est non seulement un immense pédocriminel, mais aussi le prédateur d’une communauté chrétienne qui ne s’est pas rendu compte de son cléricalisme abusif quasi sectaire. Pour les victimes et leurs familles, nous portons pour toujours la honte de ce qui a été couvert ou peut encore l’être.

Aux prochains épisodes judiciaires et médiatiques, nous serons encore à Sainte Foy-lès-Lyon en première ligne, aux côtés des victimes. Ces dernières années, le père Eric de Nattes a, contre vents et marées, initié et accompagné, avec l’EAP, le long chemin de vérité, de fraternité et d’unité qui nous demande de nous centrer davantage sur le Christ.

L’EAP veut poursuivre ce chemin avec la nouvelle équipe de prêtres pour sortir petit à petit de l’amnésie coupable et de la souffrance d’Église, et vivre dans une communauté vivante, priante et fraternelle

L’Equipe d’Animation Pastorale.

Edito

Carême, temps de ménage dans sa vie

Le mot carême vient du latin quadragesima qui signifie quarante. Le chiffre 40 est symbolique et renvoie à plusieurs épisodes bibliques. On peut y voir bien entendu les 40 jours de Jésus au désert, les 40 jours de Moïse sur la montagne d’Horeb, les 40 jours du déluge, 40 jours de marche du prophète Elie vers la montagne d’Horeb, voire les 40 ans du peuple d’Israël à travers le désert avant l’entrée dans la terre promise.

Le carême est un temps de conversion où tout baptisé est invité à accueillir la vitalité de Pâques. Pour ce faire, les chrétiens sont invités à vivre les trois piliers de la vie chrétienne, à savoir : le jeûne, la prière et le partage. Le Seigneur Jésus montre comment il faut vivre ces trois moyens privilégiés : dans la discrétion. C’est une affaire de conscience personnelle, entre Dieu et soi-même, dans la vérité du cœur. On pourrait dire que le carême est une invitation à faire un peu le ménage dans sa vie. En d’autres termes, il faut se débarrasser des choses inutiles ou encombrantes, pour faire place à Dieu. Pour y arriver, il faut donc vivre les 3 piliers.

Le jeûne

Jeûner c’est éprouver un manque. C’est relativiser les choses d’ici-bas pour aller à l’essentiel. C’est une invitation au désencombrement pour se concentrer sur ce qui est primordial. Quand on se prive de la nourriture, des achats qui font plaisir, cela nous aide à partager avec ceux qui manquent du strict nécessaire.

Le partage

Il invite à la solidarité et à la mise en commun de ce que l’on peut posséder. C’est un élan du cœur vers celui qui n’a pas de quoi vivre. Le partage n’est pas que financier. On peut aussi donner son temps pour les autres. Comment ne pas évoquer les services qui font que notre paroisse soit dynamique ? Tous ces vaillants bénévoles trouvent du temps pour Dieu, pour leurs familles et pour les autres. Sans leur engagement, il serait difficile que la paroisse continue à être la maison commune. Il y a mille manières de donner ce qui nous appartient.

La prière

Ce n’est pas un monologue mais un dialogue avec le Père qui nous voit dans le secret de notre cœur. Prier, c’est se mettre dans la position de l’enfant pour parler à son Père. La prière, ce n’est pas une question de quantité, mais c’est aussi être là pour écouter Dieu.  Prenons-nous le temps de nous remettre en présence de Dieu, comme on sait le faire pour une personne que nous aimons ? Au-delà des formules et des rites, notre prière développe-t-elle notre relation personnelle à Dieu et aux autres ?

Notre vie de chrétiens est une marche, un exode, une sortie de nous-mêmes pour aller vers Dieu et vers les autres. Le temps de carême nous remet en route dans les pas du Seigneur pour nous rendre libres et aimants comme lui. Essayons de ne pas manquer la chance qui nous est offerte. Changer de vie n’est pas réalisable seul. Mais ensemble, avec des frères dans la foi, nous pouvons gravir la montagne jusqu’au sommet.

Père Dominique NDJOKO

Lire la suite

Agenda

Février 2019
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 1 2 3

Newsletter

Recevez chaque mois Echos de Foi dans votre boîte e.mail

Guide paroissial

Guide

Denier du culte

La pédophilie

Le Bénin