L'Esprit Saint, la cascade du don de Dieu

Célébration du 21 mai 2017 : accueil de deux catéchumènes - Homélie du jour

Lisez les Actes des apôtres, ils se lisent comme un roman. Ils nous racontent l’aventure des tout-débuts de l’Église grâce aux apôtres et aux premiers disciples, qui continuent les paroles et les actes de Jésus. Ils nous parlent de l’expansion de la Parole, de la multiplication des baptêmes et du don de l’Esprit Saint. Dans l’Évangile de St Jean (14, 15-21), on voit Jésus promettre l’Esprit Saint comme une présence rassurante : "Je ne vous laisserai pas orphelins". "Le Père vous donnera un Défenseur qui sera pour toujours avec vous, l’Esprit de vérité. Il demeurera auprès de vous". Cet Esprit, c’est l’Esprit de Jésus, l’Esprit du Père dont il est plein et dont il nous remplit.

Nous approchons de l’Ascension et de la Pentecôte. Saint Jean nous y prépare en nous rapportant ces paroles de Jésus. Car il ne sera plus présent physiquement au milieu de ses disciples, au milieu de nous. Pourtant, dit-il, "Je serai avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde". Il nous garantit sa présence de Ressuscité. Mieux que cela, il nous garantit la circulation de sa vie.

Certains disent, c’est compliqué la Trinité. J'aime à dire, c'est tout simple. C’est la circulation de la vie et de l’amour. Dieu est un Père qui se donne totalement à son Fils Jésus. Et Jésus qui a tout donné sur la croix, se donne tout entier à nous, il nous communique son Esprit, il nous habite par son Esprit.

L’Esprit Saint, c’est la cascade du don de Dieu : du Père au Fils et du Fils aux fils adoptifs que nous sommes.

Dans le texte du dimanche 21 mai, Jésus parle du Défenseur et aussi de l’Esprit de vérité. Ailleurs, il est dit : "Il vous rappellera tout ce que Jésus a dit et il vous fera comprendre toute chose. Il vous inspirera"....

Ne dit-on pas que les évangélistes étaient inspirés ? Ne dit-on pas que les apôtres étaient habités ? Ne dit-on pas de gens qui sont pour nous des témoins, qu’ils sont des signes ? Des signes inspirés, porteurs de quelque chose de Jésus. Sachons discerner l’Esprit de Jésus dans le souffle, le dynamisme, la force, l’élan qui nous anime parfois ! J’écoutais les baptisés adultes de Pâques nous partager comment ils avaient vécu leur baptême. Il était visible et audible ce souffle, cet élan, cette joie. Dans leur témoignage on percevait l’œuvre de l’Esprit, on respirait un oxygène qui transpirait le Christ Jésus, ils dégageaient un oxygène qui nous faisait respirer le Christ, qui soufflait un amour vivifiant.

Retenons deux choses : disciples de Jésus, nous ne sommes pas porteurs d’un catéchisme, de dogmes ou de bons principes. Nous sommes porteurs de la vie et de l’amour même de Dieu qui nous est communiqué. Nous ne sommes pas laissés orphelins, nous sommes habités si nous voulons bien y prêter attention. Certes, nous ne sommes pas transportés dans un paradis artificiel, mais nous avons un Défenseur auquel nous pouvons dire avec Jésus qu’il est vivant et qu’il nous fait vivre.

N’est-ce pas cette communication de vie que nous venons de transmettre à Laurent et Pol-Géraud ?

Que leur chemin vers le baptême nous invite à ranimer le nôtre. Et que notre communauté sache les accueillir comme une communauté de frères.

Roger Philibert

Témoignage des deux catéchumènes

Par convictions religieuses différentes, mes parents ont décidé de ne pas me baptiser. Longtemps éloigné de la foi et même moqueur vis-à-vis de Dieu, c'est lors du décès de ma grand-mère, que Dieu est descendu et m'a pris. Première fois que j'étais confronté à la mort, ce soir là, à 14 ans, j'ai prié pour la première fois. Je n'attendais rien, c'est un acte d'innocence, je savais bien que ma grand-mère n'allait pas revenir. Finalement, je n'attendais que de l'amour.

Regarder Dieu, ça veut déjà dire l'aimer. Et il vient quand on le regarde. Dieu ne s'impose jamais. J'aime une phrase qui dit que "le Maître ne rentre pas dans sa propre maison par effraction". On pouvait me raconter beaucoup de choses vis-à-vis de Dieu, tout me paraissait abstrait. Et tant que je n'avais pas été pris par Dieu, je ne pouvais pas avoir la foi. La foi est comme une graine que Dieu met en nous et c'est à nous de la faire grandir en y consentant, en consentant à ce que cette graine devienne arbre, pour que nulle forêt n'en porte un pareil. La foi est un chemin, c'est une expérience. Et c'est pourquoi aujourd'hui je demande le baptême.

Dans une journée, il y a peu de place à des choix libres. Tout est encadré dans un tas de choses. Tandis que cette démarche de baptême est le choix le plus libre que j'ai fait de ma vie. Je remercie mes parents de m'avoir donné cette liberté et les aime très fort.

Laurent

 

Je demande le baptême suite à long cheminement intérieur qui a duré plusieurs années. En effet, j’ai eu la chance que Dieu mette sur ma route de nombreux signes sur le chemin de mon baptême.

Tout d’abord Dieu m’a offert 3 magnifiques enfants que nous avons baptisés. La préparation de leurs baptêmes a été pour moi un moment clé de ma vie car c’est le moment où j’ai pris conscience de la signification de ce sacrement et de ce que je voulais vraiment, pour moi et ma famille. J’ai réalisé qu’être baptisé, c’est être plongé dans la mort et la résurrection du Christ et que le baptême est le sacrement de la naissance à la vie chrétienne.

La rencontre avec le père Gilbert Brun, le père qui a baptisé nos enfants, son empathie, sa générosité et sa foie profonde ont été les éléments déclencheur qui me manquaient pour ressentir l’amour que j’ai pour Dieu.

Puis c’est le jour de la communion de ma fille Marie que j’ai pris conscience que je désirai être baptisé pour me rapprocher de Dieu. Mon baptême, à la Pâques prochaine, sera le début de ma vie de Chrétienne, une sorte de renaissance.

Aujourd’hui, légèrement diminué par une fracture, je me sens un peu comme St Ignace (de Loyola), le fondateur de la communauté jésuite, qui après une grave blessure de guerre a pris le temps de la réflexion et a décidé d’abandonner la guerre pour se consacrer à l’éducation et à l’amour de Dieu. C’est un peu comme mon histoire personnelle ou je ne lutte plus mais je sens prêt pour aller vers une dimension plus spirituelle de ma vie. C’est en quelque sorte comme si j’avais trouvé mon chemin.
Je ressens d’ailleurs une grande fierté d’être devant vous aujourd’hui pour mon entrée dans la communauté Chrétienne de St Thérèse de la plaine. J’espère être à la hauteur de l’honneur et de la confiance que vous placez en moi.

Pour terminer, j’aimerai remercier le père Roger Philibert et Jérôme de Bodianat qui me suivent dans mon cheminement ainsi que Elsa Romanet, mon accompagnatrice, que je remercie pour son aide précieuse et sa douceur d’âme. Merci également à mon épouse Isabelle et à mes 3 enfants, merci spécialement à ma fille Marie qui m’a poussé à suivre mon cœur et à demander le baptême aujourd’hui.

Je terminerais par la citation de Jacques-Bénigne Bossuert, qui a été évêque de Paris : “ Une étincelle d'amour de Dieu est capable de soutenir un cœur durant l'éternité.”

Pol-Géraud